Vous avez un horrible chef ? Quelle chance !

un chef horribleUn chef mauvais, ça se maîtrise.
Un chef horrible, ça se quitte.

Hé … une minute ! Je suis en train de vous parler d’un chef horrible, abominable, détestable, exécrable, infâme, odieux ! D’un chef qui vous empêche de dormir, qui vous donne la boule au ventre, d’un chef terrifiant.

Vous n’allez pas partir, en ayant perdu votre temps et votre jeunesse, si ?

La revanche n’est pas la solution.

Et si vous alliez vous expliquer avec son propre chef ?

Trois situations possibles :

Son chef le sait et ne fait rien.

Ces deux-là se sont bien trouvés! Ils ne vous méritent pas !
Si vous parlez à son chef, votre situation va empirer.

Son chef ne veut pas voir.

Son chef est sourd à tous les indices : il sait juste qu’il a un collaborateur “un peu difficile”. Au mieux, il vous renverra avec des phrases lénifiantes : je sais qu’il n’est pas facile mais c’est un très bon collaborateur. Ou pire : il vous accusera de déloyauté ou de ne pas savoir vous adapter.

Son chef ne sait pas.

Dans ce cas, il faut qu’il sache.
N’allez pas si vite : comment pouvez-vous en être certain ?
Vous en êtes certain ? Admettons !

Savez-vous si son chef est prêt à écouter le collaborateur de son collaborateur ? Ca peut se passer très bien ou ça peut se passer très mal, ou ça peut se passer n’importe comment entre les deux extrêmes. Vous devez avoir des arguments solides.

Et savez-vous comment son chef le voit ?

Son chef le voit différemment.

Son chef ne voit rien ou ne veut rien voir, c’est une certitude : s’il le voyait comme vous, il le virerait sans état d’âme.

Son chef le voit comme une personne avec qui il est facile de s’entendre. Ils sont sur la même longueur d’onde. D’ailleurs son chef trouve qu’il est souple, flexible, ce qui en fait un collaborateur précieux.

Son chef est persuadé qu’il est attaché à l’entreprise, au service et à lui-même. D’ailleurs, est-ce qu’il ne l’alerte pas sur les problèmes du service : “j’ai pensé qu’il valait mieux que je vous le dise.” ?

Son chef est convaincu de ses compétences exceptionnelles.
Son chef est persuadé que le reste du service fait payer au malheureux sa loyauté envers lui.

Si vous aviez un tel collaborateur, seriez-vous disposé à entendre dire du mal de lui ? Pas si sûr !

Evidemment, si votre chef se livre à des fraudes ou à du harcèlement, vous ne pouvez pas faire autrement que d’y aller et d’informer sa hiérarchie. Mais assurez-vous d’avoir un dossier en béton.

Vous n’aviez sans doute pas conscience de la perception qu’avait son manager du comportement de votre chef. Mais avez-vous déjà eu un collègue qui se comporte de la même façon que votre chef ?

Ses collègues le voient différemment.

Ses collègues le voient comme un lèche-botte, toujours d’accord avec la direction, capable de défendre une idée un jour et son contraire le lendemain.
Ses collègues le voient se précipiter dans le bureau de son supérieur chaque fois qu’il réussit quelque chose.
Ses collègues voient leur chef sortir de son bureau pour leur faire des reproches et ils savent d’où ça vient.
Ses collègues sont tout sauf impressionnés par ses compétences.
Ses collègues savent qu’il poursuit ses propres intérêts avec une parfaite indifférence pour les autres.

Est-ce que ça vous rappelle quelque chose ? Si vous l’avez vécu, vous avez probablement enragé de constater que votre collègue avait la confiance de votre manager, confiance que vous ne réussissiez pas à obtenir malgré vos performances ou vos objectifs réussis.

Les leçons à en tirer

« La flatterie n’émane jamais des grandes âmes, elle est l’apanage des petits esprits qui réussissent à se rapetisser encore pour mieux entrer dans la sphère vitale de la personne autour de laquelle ils gravitent. »
Honoré de Balzac

3 positions différentes, trois perceptions différentes :

Prêtez attention aux perceptions du senior management.

Les horribles chefs ne se promènent pas avec un écriteau : attention, pervers narcissique. Ils sont dangereux parce qu’ils sont difficiles à identifier pour ceux qui ne sont pas leurs victimes. C’est pour cette raison qu’un horrible chef, ça se quitte. Parce que le plus souvent, vous ne pourrez rien changer.

Le piège :

Vous ne serez jamais un horrible chef. Aucun doute ! Mais, incapable de vous rendre compte que vous êtes devant un leurre, vous pouvez protéger un de ces affreux personnages.

La plupart des gens baissent la garde devant quelqu’un d’infiniment sympathique, qui semble tellement en accord avec ce qu’ils pensent. Gardez à l’esprit de prêter attention à ces indices :
• Votre collaborateur préféré est rejeté par ses collègues.
• Il y a de nombreux incidents dans le service de votre collaborateur : turnover élevé, absentéisme, mauvaise ambiance etc.

En résumé, si vos supérieurs ne voient pas ce qui se passe, c’est parce que c’est loin de sauter aux yeux, et vous pourriez faire de même. A partir de maintenant, confrontez vos perceptions avec celles des autres, que ce soient vos collaborateurs ou les collaborateurs de vos collaborateurs.

Jamais vous ne protègerez un horrible chef, même inconsciemment.

Cet article est le premier article sur les chefs…disons…pénibles !

  1. Vous avez un horrible chef ? Quelle chance !
  2. Mythes et réalités sur les mauvais managers
my finance