Tout ce que vous savez sur le management est faux

Tout ce que vous savez sur le management est faux

Le management, c’est quoi ?

Etre manager, c’est être responsable de la performance d’une équipe. C’est obtenir que quelqu’un fasse ce qu’on lui demande. Non, il ne suffit pas de demander pour que votre management soit efficace. Si vous êtes manager depuis un certain temps, vous avez dû vous en apercevoir. Il y a les collaborateurs qui refusent sans explication (rares, il est vrai, mais j’en ai connu) ou ceux qui acceptent et reviennent avec dix mille excuses. Sans oublier ceux qui font de tellement mauvaise grâce qu’il faut refaire le travail ou le demander à quelqu’un d’autre. Et tout ce qui est imaginable entre ces extrêmes. Vous avez beau assister à des formations ou lire tout ce qui vous tombe sous la main sur le management, vous avez beau être prêt à appliquer de nouveaux outils, il se passe toujours quelque chose que vous n’aviez pas prévu.

Les êtres humains sont complexes. Et les théories sur le management à la mode aujourd’hui ne seront plus mentionnées demain, voire seront désavouées.
Prenez les bonus : très en vogue il y a quelques années, ces modes de rémunération ont montré leurs limites et les états parlent aujourd’hui de les plafonner ou de les réglementer.

Les théories ne sont que des théories

Jensen et Meckling

En 1976, Jensen et Meckling mettent en évidence les conflits d’intérêts entre les managers et les actionnaires. Il en découle la mise en place de bonus, qui théoriquement alignera les intérêts des managers sur ceux des actionnaires. Aujourd’hui, la mise en place de bonus est contestée.

D’après Clayton Christensen, cette théorie n’explique pas les anomalies : pourquoi certaines personnes font-elles du bénévolat ? Pourquoi les aides-soignants ou les infirmiers sont-ils en général dévoués à leur métier, alors que leurs salaires sont loin d’être à la hauteur de ce qu’ils apportent aux malades ?

La théorie des deux facteurs

Une autre école de pensée est la théorie des deux facteurs de Frederick Herzberg. Il a montré que les facteurs motivant les collaborateurs étaient différents des facteurs les démotivant. Les facteurs démotivants sont les facteurs d’hygiène : statuts, salaires, sécurité de l’emploi, conditions de travail, management. Les facteurs motivants sont l’intérêt du travail, la reconnaissance, la responsabilité et le développement personnel.

Très bien, voilà qui explique le dévouement des infirmiers et des aides-soignants. Attendez une minute : ils n’ont pas tout ça, les footballeurs professionnels ? Ils n’ont pas un travail intéressant, des défis à relever, de la reconnaissance et une carrière qui leur permet de développer leurs talents ? Euh si ! Mais c’est plutôt la loi de l’offre et de la demande qui s’applique pour eux.

Non, vraiment, les êtres humains ne se laissent pas mettre dans des cases ou des catégories aussi facilement que ça. Alors que faire ? Tout d’abord, que faut-il savoir faire pour être un bon manager ?

Ce qu’on attend de vous

La liste est longue :

• Que vous preniez des décisions (les bonnes évidemment)
• Que vous fassiez en sorte que les tâches soient accomplies (pour hier, de préférence)
• Que vous fassiez progresser vos collaborateurs (mais sans leur donner d’augmentation)
• Que vous ayez des compétences métier (mais que vous sachiez manager en dehors de votre secteur d’expertise)
• Que vous sachiez gérer votre équipe en période de crise (même si vous-même, n’êtes pas certain de votre avenir dans la société)

Bref, vous devez savoir tout faire, tout le temps et en toutes circonstances. Un seul moyen : apprendre quand et comment vous pouvez appliquer une théorie. Dans le prochain article nous verrons quelles sont les compétences qui vous serviront partout et tout le temps, par beau temps et par temps d’orage.

Cet article est le premier article d’une mini-série sur le management :

  1. Tout ce que vous savez sur le management est faux
  2. Les 3 compétences clés du bon manager
my finance