Savez-vous ce qui ruine votre relation avec votre banque ?

Attention aux relations avec votre banque © delkoo – Fotolia.com

Prêtez-vous suffisamment d’importance à votre relation banque entreprise ?

Accepteriez-vous qu’un client vous paie sur 5 ans moyennant intérêts ? Non, bien sûr, parce que vous n’êtes pas banquier.
Vous n’êtes pas banquier, mais ne vous arrive t’il pas, à vous aussi, de craindre de ne jamais être totalement payé ?

Le banquier, lui, doit gérer le risque sur du long terme. Est-ce quelque chose que vous prenez en considération ou bien vous traitez-vous votre banquier comme un mal nécessaire ?

10 comportements à bannir

1. Ne pas informer votre banque régulièrement.
2. Mettre votre banquier devant un fait accompli.
3. Ne pas lui donner les informations nouvelles quand elles sont mauvaises.
4. Etre irréaliste dans vos prévisions.
5. Ne rien comprendre à votre propre bilan et à votre propre compte de résultat.
6. Rester dans votre banque quand la relation ne vous satisfait pas.
7. Oublier que le banquier se base sur des critères financiers.
8. Ne pas maîtriser votre besoin en fond de roulement.
9. Appeler votre banquier uniquement quand ça va mal.
10. Choisir une banque qui ne connaît rien à votre secteur d’activité.

Deux ou trois autres choses que vous devez savoir

Les banques ont des contraintes réglementaires fortes

Qui s’en plaindrait ? Nous devons au trop grand appétit de certaines banques pour le risque une crise économique majeure.

Ce que ça signifie pour vous :
Plus il y a de risques à vous prêter de l’argent, plus ce sera difficile pour vous.

Les banques vous notent

Les banques ont été contraintes de mettre en place un système d’évaluation du risque qui, le plus souvent, leur est propre. Elles communiquent peu sur ce système. Néanmoins, elles sont susceptibles de prendre en considération les éléments suivants :
• Le marché
• Votre positionnement sur ce marché
• Les services proposés
• Le portefeuille client
• La qualité des fournisseurs et des clients
• Les risques sur la production ou sur l’approvisionnement
• La qualité du management
Etc.

Ce que ça signifie pour vous :
Lors de votre entretien avec un banquier, préparez soigneusement des éléments sur ces thèmes : quel est votre marché ? Comment évolue-t-il ? Avez-vous modifié votre offre ? Etc.
Profitez-en également pour lui poser des questions sur ce secteur : a-t-il déjà des clients dans le même secteur ? Quelle est sa perception de ce marché ? Evidemment, il ne vous donnera pas d’information sur vos concurrents mais vous pourrez avoir des renseignements précieux et comprendre aussi quelle est sa connaissance de votre secteur d’activité.

Les banques ont besoin de vos documents comptables des trois dernières années

Sur ces documents, elles regarderont vos capitaux propres, votre résultat d’exploitation, vos frais financiers, votre capacité d’autofinancement. Elles calculeront des ratios tels que l’autonomie financière ou la capacité de remboursement. Comprendre ces ratios vous aidera à comprendre ce que vous pouvez attendre de votre banque.

Ce que ça signifie pour vous :
Vous n’avez pas besoin d’apprendre la comptabilité, votre expert-comptable fait ça très bien. En revanche, vous avez besoin d’avoir un minimum de connaissances en finance d’entreprise.
C’est quand vos résultats sont bons que vous pouvez demander un crédit à votre banquier.

Mettez toutes les chances de votre côté

Vous avez compris ce qu’il fallait faire pour avoir de bonnes relations avec votre banque. Laquelle de ces actions allez-vous entreprendre en premier ?
1. Informer votre banque régulièrement.
2. Ne pas mettre votre banquier devant un fait accompli.
3. Lui donner toutes les informations utiles même quand elles sont mauvaises.
4. Etre optimiste dans vos prévisions mais pas irréaliste parce que cela vous décrédibilisera.
5. Comprendre votre bilan et votre compte de résultat.
6. Ne pas rester dans votre banque quand la relation ne vous satisfait pas.
7. Prendre en compte les critères financiers.
8. Maîtriser votre besoin en fond de roulement.
9. Prendre rendez-vous avec lui au moins une fois par an.
10. Choisir une banque qui connaît votre secteur d’activité.

my finance