Prendre des risques : suicide professionnel ou stratégie payante ?

Oser prendre des risques

Dans un environnement où il est courant d’être licencié, la question se pose. Faut-il prendre des risques, et si oui, lesquels ?

Pour tout savoir sur la différence entre prédiction, risque et incertitude, lisez le blog de Philippe Silberzahn.

Savoir prendre des risques : avantages et inconvénients

Parmi les avantages, il y a : acquérir de nouvelles compétences, toujours progresser et évoluer, apprendre de ses erreurs et voir évoluer sa carrière.

Parmi les inconvénients, et il n’est pas des moindres, il y a le risque d’échouer. L’échec n’est pas une faute, mais allez donc dire ça à votre boss, de très méchante humeur parce qu’il doit rendre des comptes sur VOTRE échec (en aucun cas le sien)!

Mais si vous ne prenez jamais de risque, si vous restez dans votre zone de confort, si vous faites seulement ce que vous maîtrisez bien, alors vous courez un risque certain : dans quelques années, les autres auront évolué, de plus jeunes arriveront sur le marché du travail avec des méthodes nouvelles et vous ne serez plus au goût du jour.

Etre viré aujourd’hui ou être viré demain ? Prenez un (petit) morceau de chocolat ou un de vos bonbons préférés et lisez ce qui suit :

Les catégories de risques

Il y a 3 catégories de risques

Les risques prévisibles

Vous connaissez ces dangers :
– liés à un projet : le projet est plus coûteux, ou bien il est en retard.
– liés à une compétence clé : quelqu’un dans votre service détient un savoir-faire clé et il part au plus mauvais moment, à la fin de l’année par exemple, quand vous n’avez que quelques jours pour construire le reporting.
– liés à une restructuration ou à une diminution des coûts.
– liés à votre chef : votre chef change et vous êtes presque automatiquement en danger.

Ces menaces se gèrent en les anticipant. Dans tous les cas, partagez les compétences et revoyez les procédures régulièrement pour supprimer ce qui est inutile ou redondant. N’attendez pas que le danger se matérialise. Même si vous ne pouvez pas tout prévoir, organisez votre service pour qu’il soit capable de faire face à un maximum de risques :

– Faites en sorte que les compétences clés soient maîtrisées par plusieurs personnes.
– Soyez à l’écoute de vos collaborateurs, ils connaissent des risques auxquels vous ne pensez même pas.
Discutez des risques prévisibles avec votre boss, vos collègues, vos pairs.
– Ayez un réseau interne qui vous soutiendra pendant les périodes difficiles.

Les risques que vous ne pouvez pas contrôler

La crise financière a pris tout le monde par surprise, mais il peut y avoir aussi d’autres crises :
– le 11 septembre qui a mis tous les avions à terre pendant 5 jours.
– une hausse des matières premières qui comprime les marges.
– un changement législatif qui rend les choses plus compliquées.
– l’arrivée d’un nouveau concurrent qui fait perdre des parts de marché.
Ces risques auront des conséquences sur l’entreprise et par conséquent sur votre service ou sur votre fonction.

Les risques que vous décidez de prendre

– Accepter une promotion : vous sortez de votre zone de confort.
Changer d’entreprise : pendant la période d’essai, l’entreprise peut mettre fin à tout moment à votre emploi.
Partir une année faire une formation importante : vous n’êtes pas certain de retrouver votre poste.

Votre réaction au risque est décisive

Concentrez-vous sur ce que vous pouvez gagner

Si vous vous concentrez sur la peur de perdre votre job, vous serez paralysé et vous n’avancerez pas. Vous concentrer sur ce que vous avez à gagner, c’est plus stimulant, non ?

Estimez les risques de ne pas faire

Echouer est une menace qui vous vient tout de suite à l’esprit. Mais les risques que vous prenez en ne faisant pas ? Les risques qu’une autre personne vous devance ? Les risques de devenir rapidement quelqu’un qui ne bouge jamais ?

Concentrez-vous sur le long terme

Nous avons tendance à nous concentrer sur le court terme et soyons franc, nous avons beau savoir qu’il faut distinguer l’urgent et l’important, nous ne résistons pas à l’urgence, l’important viendra après. Et c’est pareil pour les risques : sécuriser son job, et on verra après.
Il faut apprendre à gérer cette dualité : risques à court terme et risques à long terme.

Vous ne pouvez pas tout planifier

Si vous êtes comptable ou financier, vous devez être plus à l’aise avec les menaces prévisibles dont les solutions sont planifiables. Mais il est bien loin le temps où les administratifs pouvaient compter uniquement sur leurs qualités de bons gestionnaires et de bons planificateurs. Votre entreprise vous demande d’être réactif : apprenez à l’être et apprenez à aller avec le mouvement.
Vous pouvez prévoir de façon certaine que l’imprévisible va arriver. Alors préparez-vous à être résilient.

Comment et quand prendre des risques

Vous pouvez planifier les risques prévisibles et vous ne pouvez pas grand-chose sur les risques inattendus. Il vous reste à réfléchir sur ceux que vous déciderez de prendre, ou pas.

Evaluez les risques

Vous avez évalué les conséquences d’un échec, et les conséquences si vous ne faites pas. Vous devez également évaluer l’appétence au risque de votre entreprise et votre situation personnelle.
Si votre entreprise sanctionne durement les échecs, devez-vous y rester à long terme ? Vous n’allez pas évoluer, pas plus qu’elle d’ailleurs, et vous serez entouré de personnes qui n’évolueront pas non plus. Pendant ce temps, dans d’autres entreprises, vos collègues avanceront et vous supplanteront sur le marché du travail quand vous serez en face d’eux.
Si votre conjoint est en repositionnement professionnel, les risques à court terme peuvent prévaloir sur les risques à long terme. Alors utilisez vos compétences en planification pour sortir de cette situation.

Ayez un mentor

Trouvez un mentor, dans l’entreprise ou en dehors, avec qui vous pouvez discuter de votre carrière. Choisissez quelqu’un de bienveillant, mais qui n’aura pas peur de vous mettre la réalité sous les yeux.

Faites des essais

Chaque fois que c’est possible, faites des essais à petite échelle. Si vous échouez, vous pourrez modifier votre projet ou même y renoncer. Et si ça fonctionne, vous aurez diminué le risque d’échouer.

En résumé, gérer l’urgent et l’important, gérer risques à court terme contre risques à long terme sont des compétences à acquérir… de toute urgence, parce que c’est important !

my finance