Oubliez tout ce que vous savez sur les coûts de production : faites simple 2/3

C'est parfois difficile de classer les chargesLes charges variables

Les charges variables directes

Les charges variables directes se collectent sans ambigüité : il faut une quantité identique d’un article pour chaque produit fabriqué et vendu.

Les charges variables indirectes

Néanmoins, il y a des charges qui nécessitent un calcul pour être affectées aux produits : énergie consommée par plusieurs machines pour fabriquer plusieurs produits. Il y a les pertes, les vols et les rebuts, qui peuvent concerner plusieurs produits si la matière mise en œuvre sert à fabriquer plusieurs produits. Dans ce cas, un calcul intermédiaire est nécessaire. Ce sont les charges variables indirectes.

Simple dans les livres mais la réalité peine à se plier aux théories et il y a des coûts difficiles à classer.

Les coûts difficiles à classer

La main d’œuvre directe

Que faire de la main d’œuvre ? Théoriquement, elle est variable mais en réalité elle évolue par paliers à cause de la loi française qui oblige à mensualiser les salariés (et on ne va pas s’en plaindre). Alors comment les traiter ? Comme en réalité ce sont des charges fixes, je suggère de les traiter comme telles et de considérer une augmentation de palier comme un changement de structure. Néanmoins, vous pouvez ramener la MOD au % de CA, ce qui vous indiquera soit que l’entreprise vient de changer de palier, soit au contraire qu’elle est en sous-activité.

Les coûts casse-tête

Vous ne trouverez le terme de charges casse-tête dans aucun livre de gestion. En revanche, vos collègues vont vous noyer sous les coûts casse-tête; ils se feront aussi un plaisir de vous expliquer pourquoi vous n’allez pas pouvoir les modéliser. Et quelquefois, vous aurez même la réponse magique : ça dépend. Evidemment, “ça dépend“ X  le nombre d’heures productives / le nombre d’heures total, ça ne donne pas grand chose.

Exemple 1: la facture d’énergie. Non seulement il y a les charges fixes (chauffage et électricité des bureaux par exemple) mais en plus il y a la saisonnalité : on chauffe en hiver, pas en été.

Exemple 2 : Les déchets et les rebuts. En principe, plus la production augmente, plus les déchets et les rebuts augmentent. En principe seulement, parce que si une machine est défectueuse, les taux de rebut et de déchet s’envolent.
Ces charges seront traitées dans un prochain article.

Maintenant que vous avez classé vos coûts, il vous reste à expliquer à vos collègues l’impact de ces coûts dans le résultat de l’entreprise.

Comment présenter les coûts à des non-financiers ?

Vous pouvez expliquer la différence entre charges variables et coûts fixes à vos interlocuteurs, mais ils vont adorer vous sortir toutes sortes de charges diverses et bizarres, et ils en profiteront pour contester le bien-fondé de votre classement : c’est plus facile de contester que de prendre des mesures de réduction des coûts. Et argumenter sur la classification de charges qui représentent 0,01% du CA, c’est agaçant.

Présentez plutôt un compte de résultat différentiel

Le compte de résultat différentiel

Faites un compte de résultat différentiel (ça vous rappelle quelque chose ?) mais en le simplifiant (qui comprend quelque chose à la variation des stocks à part les comptables ?) ainsi qu’en l’adaptant aux problématiques de votre entreprise. Si les rebuts ou l’énergie sont des charges importantes pour votre entreprise, faites-les ressortir.

Faire un compte de résultat différentiel, c’est présenter le compte de résultat en fonction de la variabilité des charges.

Voici un exemple de compte de résultat différentiel :

Exemple de compte de résultat différentiel

 

 

 

Un compte de résultat différentiel modifié

Ajoutez une colonne avec les pourcentages variables standard ou les pourcentages de charges variables prévues au budget :

Exemple de compte de résultat différentiel modifié

Et pour une présentation devant un auditoire :

Utilisez un graphique en barre

Graphique représentant un compte de résultat différentiel

A vous maintenant d’expliquer ce graphique :
Les charges variables sont proches en %, en revanche les charges fixes sont inférieures. Quelles en sont les raisons ? Y-a-t-il eu une augmentation de CA qui explique cette diminution en % ? Dans ce cas doit-on anticiper que certaines charges sont amenées à augmenter dans les prochaines semaines ? Y-a-t-il eu un plan de diminution des charges fixes ? Les réponses sont multiples et c’est votre job de les trouver.
Cet article est le deuxième article d’une mini-série sur les coûts de production :

  1. Oubliez tout ce que vous savez sur les coûts de production : faites simple 1/3
  2. Oubliez tout ce que vous savez sur les coûts de production : faites simple 2/3
  3. Oubliez tout ce que vous savez sur les coûts de production : faites simple 3/3
my finance