Fatigué de produire des rapports et encore des rapports ? Inspirez-vous du cadre conceptuel de l’IASB

Le cadre conceptuel peut vous aider © Kheng Guan Toh – Fotolia.com

Votre équipe et vous passez trop de temps à produire de l’information ? A l’inverse, vous pensez que vous passez trop peu de temps sur l’analyse des résultats ?

Le cadre conceptuel de l’IASB permet de juger la performance mais ne donne pas d’outil pour atteindre la performance. Pourtant, bien que théoriquement applicable aux normes comptables internationales, il donne de précieuses leçons dont vous pouvez tirer parti pour améliorer la performance d’un service financier. Pour devenir un leader reconnu dans votre métier, suivez le guide.

Le cadre conceptuel de l’IASB n’est pas une norme comptable internationale.

L’objectif de ce cadre est notamment :

•d’aider l’IASB à développer les futures normes comptables internationales et à réviser celles qui existent déjà.

•d’aider les préparateurs des états financiers à appliquer les IAS et IFRS et à traiter de sujets qui doivent encore faire l’objet d’une norme ;

•d’aider les auditeurs à se faire une opinion sur la conformité des états financiers avec les normes comptables internationales ;

•d’aider les utilisateurs des états financiers à interpréter l’information contenue dans les états financiers préparés en conformité avec les normes comptables internationales.

Source : Focus IFRS

L’importance des utilisateurs

Le cadre conceptuel définit 7 catégories d’utilisateurs et a défini les besoins de chacune de ces catégories.

Les investisseurs Ils cherchent à estimer le risque et la rentabilité de leur investissement. La société sera-t-elle capable de leur verser des dividendes ?
Les employés Ils cherchent à savoir si leur entreprise est stable et profitable, si elle sera capable de continuer à leur verser leur rémunération.
Les banques et autres créanciers Ils cherchent à savoir s’ils seront remboursés de leurs prêts.
Les fournisseurs Les fournisseurs cherchent à savoir s’ils seront payés de leur dû.
Les clients Les clients cherchent à savoir si la société est pérenne et si elle pourra assurer les produits ou les services promis.
Les Etats et les organismes publics Ils cherchent à établir les bases des impôts et à obtenir des informations qui serviront au calcul du PNB ainsi que d’autres statistiques.

 

Tous ces utilisateurs sont des utilisateurs externes et bien que les normes comptables internationales parlent de profitabilité, de rentabilité et de performance, elles s’intéressent peu aux utilisateurs internes.

A faire

Avant de donner des informations à vos interlocuteurs, déterminez leurs besoins. Ayez un entretien avec eux et posez-leur ces questions :

– Quels problèmes avez-vous en ce moment ? Qu’est-ce que vous pourriez améliorer ? Quels sont vos objectifs ? Qu’est-ce que vous aimeriez mesurer ?

La compréhensibilité

Une qualité essentielle de l’information fournie dans les états financiers est d’être compréhensible immédiatement par les utilisateurs. A cette fin, les utilisateurs sont censés avoir une connaissance raisonnable des affaires et des activités économiques et de la comptabilité, et une volonté d’étudier l’information d’une façon raisonnablement diligente.

Vous supposez que vos interlocuteurs ont une culture financière. Pas si sûr, j’ai vu des managers qui se seraient fait couper en morceaux plutôt que d’admettre qu’ils ne comprenaient strictement rien au jargon d’un contrôleur de gestion particulièrement technique.

A faire

Si vous devez aborder des questions qui vous semblent difficiles pour votre auditoire : plutôt que de donner une définition, expliquez plutôt ce qu’il y a derrière les chiffres.

Par exemple : l’écart sur coût signifie que nous avons acheté 3% plus cher que ce que nous avions prévu. Ils vous feront confiance sur le calcul. Si nécessaire, ils vous demanderont de le leur expliquer.

Evitez les explications détaillées qui risquent d’endormir votre auditoire.

La pertinence de l’information

Pour être utile, l’information doit être pertinente pour les besoins de prise de décision des utilisateurs.

L’information possède la qualité de pertinence lorsqu’elle influence les décisions économiques des utilisateurs en les aidant à évaluer des événements passés, présents ou futurs, ou en confirmant ou corrigeant leurs évaluations passées.

Selon le cadre conceptuel des normes internationales, l’information doit être utile. Epargnez à vos collègues une série de chiffres sans intérêt. Avant de partager une information, posez-vous deux questions :

• L’information est-elle de nature à affecter la prise de décision, et ceci indépendamment du seuil de matérialité ?

• L’information est-elle suffisamment matérielle pour nécessiter une décision ?

A faire

Mettez toutes les chances de votre côté en mettant en évidence ces points. Dans un document écrit, résumez-les sur une seule page. Dans une présentation orale, concentrez votre présentation sur ces points. Ajoutez dans les deux cas un document écrit qui reprendra des informations plus complètes : les amateurs de chiffres pourront s’y référer.

Rapidité de l’information

L’information peut perdre sa pertinence si elle est fournie avec un retard indu. La direction peut avoir à trouver un équilibre entre les mérites relatifs d’une information prompte et ceux d’une information fiable. Pour fournir une information à bonne date, il peut souvent être nécessaire de la présenter avant que ne soient connus tous les aspects d’une transaction, au détriment de la fiabilité.

Comment évaluer les risques auxquels une entreprise se trouve confrontée ?

A faire

Fournir un tableau des risques dans le reporting. Eventuellement, indiquez un % de réalisation du risque en prenant des précautions : « selon les éléments connus à ce jour ». Indiquez si vous en avez tenu compte dans les résultats ou non.

Le rapport coût / avantage

Le rapport coût / avantage est une contrainte générale plutôt qu’une caractéristique qualitative. Les avantages obtenus de l’information doivent être supérieurs au coût qu’il a fallu consentir pour la produire.

C’est probablement une des notions les plus intéressantes du cadre conceptuel des normes IFRS ; Mais il se peut que les bénéficiaires de l’information ne soient pas ceux qui en supportent la charge.

A faire

Au fil du temps, vous avez ajouté des tableaux et des informations. Faites régulièrement le point sur les informations que vous fournissez.

Discutez les points avec les bénéficiaires.

Si vous pensez que des informations sont coûteuses et inutiles mais que vous n’arrivez pas à les supprimer, continuez de les produire mais arrêtez de les transmettre : les personnes qui s’en servent réellement vous les réclameront. Au bout de 3 mois sans réclamation, arrêtez de les produire.

En résumé, même si votre société n’a pas besoin de publier ses comptes en conformité avec les normes comptables internationales (IFRS), vous avez tout intérêt à connaître ce document.

Pour en savoir plus

Focus IFRS (en français)

E-learning gratuit Deloitte (en anglais)

my finance