Faire plus avec moins : arrêtez de planifier vos tâches.

Arrêtez de planifierVoulez-vous continuer à travailler toujours plus ?

Ou bien voulez-vous profiter de votre famille, de vos amis, de vos loisirs ?

Mais votre entreprise veut faire plus avec moins, encore plus avec encore moins, toujours plus avec toujours moins.

Travailler plus pour répondre à la liste des tâches qui s’accumulent, comment faire autrement ?

Stop à la logique

Plus de tâches, donc plus de travail, donc plus de temps. Jusqu’à quand ?

Vous êtes sur un océan, pas sur un chemin droit et plat.

Si vous imaginez qu’avoir un objectif, c’est définir un but et le moyen d’y aller, cela suppose que vous percevez votre environnement comme stable et peu mouvant. Est-ce la réalité ? Ne rencontrez-vous pas des obstacles imprévus, des tâches plus urgentes qu’urgentes ?

La vie professionnelle est comparable à l’océan : un courant qui change, des vagues qui se créent, grossissent et meurent. Il faut que vous appreniez à surfer : accepter les vagues comme elles viennent, alors que vous ne les aviez pas planifiées. Il faut accepter d’aller avec le courant.

Vous ne pouvez pas gérer votre temps.

Le temps ne se gère pas, il est ce qu’il est. Vous pouvez seulement vous gérer vous-même ainsi que vos actions.

Il faut commencer la journée avec la tâche la plus importante et la plus difficile, on vous l’a dit et redit. Et c’est logique.

Sauf que le matin, en arrivant, vous commencez par ouvrir votre boîte mail, avec l’intention de seulement vous tenir au courant de ce qui se passe. 5 minutes ! Et tout de suite après, promis, juré, vous allez vous mettre sur ce gros dossier compliqué.

Et vous répondez à un mail : ça vous prend moins de deux minutes. Et puis un autre encore. Vous restez plus longtemps sur ce mail qui vous donne du fil à retordre.

Vous êtes victime du principe de l’inertie : « Tout corps persévère dans l’état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n’agisse sur lui, et ne le contraigne à changer d’état. »

Combattez l’inertie

L’inertie vous conduit à surcharger votre agenda.

Quoi de plus simple que de caser toutes vos tâches sur votre agenda ? Vous commencez et puis vous continuez et ça marche, ouf ! Vous avez tout casé.

Certes, vous n’avez plus de place pour l’imprévu mais vous n’y pensez pas, ça ira comme ça. Sauf que c’est irréaliste, et le principe de l’inertie vous empêche de le voir.

Stop à l’inertie : réfléchissez à ce qui est essentiel pour la journée, pensez à des plages pour votre famille, vos amis et vos loisirs. Laissez de la place pour l’imprévu : si, dans le meilleur des cas, l’imprévu ne survient pas, tant mieux. Mais vous y croyez ? Vraiment ?

L’inertie vous conduit à respecter des engagements inutiles.

Combien de tâches accomplissez-vous qui ne servent pas à grand chose ?

Inutile de compter sur vos clients internes pour vous dire la vérité : ils se contenteront de vous confirmer que vous devez continuer à envoyer vos informations ou vos tableaux. Au cas où…

Stop à l’inertie : si votre interlocuteur ne vous pose jamais de question, ne vous fait jamais de remarque, il n’est pas certain qu’il prenne connaissance de vos informations.

Continuez à rédiger vos informations ou à faire vos tableaux mais arrêtez de les transmettre. Si personne ne réagit, arrêtez de le faire, tout simplement.

A combien de réunions assistez-vous qui ne servent pas à grand chose ?

Evidemment, vous devez assister à certaines réunions. Et si vous pensez à la fois que vous devez y assister et qu’elles ne servent à rien, réfléchissez.

Stop à l’inertie. Vous avez le choix entre :
– y assister, et les préparer de façon à apporter de la valeur et à montrer vos compétences ;
– y échapper en mentionnant que vous êtes à la disposition du chef de projet pour tout problème que vous pourriez aider à résoudre.

L’inertie vous conduit à repousser à plus tard.

Vous devez commencer la journée par ce gros dossier compliqué, mais voilà, vous n’arrivez pas à vous y mettre. Vous savez que le temps vous est compté, mais non, impossible : vous restez plongé dans vos pensées ou vous acceptez de résoudre le problème de la photocopieuse (c’est à vous de le résoudre, vraiment ?).

Je le sais, ça m’arrive aussi.

Stop à l’inertie : classez vos tâches de la plus simple à la plus compliquée. Après quelques tâches simples, mettez une tâche simple : découpez votre gros dossier compliqué en tâches plus simples. Et voilà, vous êtes lancé: ce sera même compliqué de vous arrêter.

En résumé, si vous continuez à ajouter de nouvelles tâches à votre emploi du temps alors que vous êtes plus que débordé, il est temps de stopper l’inertie dont vous êtes victime.

– Arrêtez de planifier,
– supprimez un engagement inutile par jour,
– prévoyez vos tâches à la journée et lancez-vous.

my finance