Etre plus efficace avec les nouvelles technologies… ou pas !

“ Si j’avais demandé à mes clients ce qu’ils attendaient, ils m’auraient demandé un cheval plus rapide. ”

Henry Ford

Papier ou électronique ?

De nouveaux sites, de nouvelles technologies voient le jour sans arrêt : y aller ou pas ? A l’usage, certaines nouvelles technologies tombent dans l’oubli tandis que d’autres deviennent incontournables. Si vous avez été dubitatif sur l’utilité de partager une information en 140 caractères (Twitter) ou sur celle d’une tablette, vous voyez ce que je veux dire.

Sur quels critères décider d’adopter une nouvelle technologie ? Soit vous attendez de voir ce que les consommateurs en font, soit vous décidez d’essayer.

Démonstration :

L’agenda électronique

Comment résister à l’agenda électronique qui a l’air de renvoyer les agendas papier aux antiquités :

• Vous pouvez le partager.

• Il peut vous rappeler les anniversaires ou d’autres évènements.

Sauf que l’agenda papier :

• A un temps de chargement imbattable (10 sec maxi quand il est tout au fond de mon sac).

• Met quelques secondes pour enregistrer un nouveau RV.

• Ne bipe jamais.

• Ne décharge jamais sa batterie.

• Ne prend jamais 2 RV le même jour à la même heure.

• Ne se plante jamais lorsque je m’en sers.

• Peut se consulter quand je suis au téléphone, n’importe où et n’importe comment.

• Ne sait pratiquement pas ce que sont des erreurs dues à une mauvaise manipulation.

• Ne fait jamais de choses bizarres et incompréhensibles (mais pourquoi il n’a pas sauvegardé ce RV ?).

Avantage à l’agenda papier : pour les rappels, je peux utiliser d’autres outils sur mon téléphone ou sur mon ordinateur.

La liseuse électronique

Comment abandonner les flâneries en librairie ? Prendre un livre et regarder la dernière de couverture, lire les premières lignes, le reposer, en prendre un autre et finalement partir avec un ou deux livres auxquels on n’a pas pu résister.

Oui, mais :

• Emporter une dizaine de livres en vacances, c’est affreusement lourd : un Kindle* ne pèse que 170g.

• Je trouve tout sur Amazon, en particulier des livres en anglais, non disponibles en français.

• Les dictionnaires intégrés : on peut trouver facilement une définition en français ou une traduction anglais-français. En règle générale, je n’ai jamais le courage d’interrompre ma lecture pour aller chercher un énorme dictionnaire afin de vérifier une définition ou trouver une traduction.

• On peut acheter un livre n’importe où ou n’importe quand : pour les accros à la lecture, parfois perdus au milieu de nulle part : waouh!

• Les classiques gratuits : relire Guerre et Paix, pourquoi pas, mais l’acheter ?

Surligner et prendre des notes : la différence avec le livre papier, c’est qu’on les retrouve plus facilement.

• Parce que le livre s’ouvre automatiquement à la page où on a arrêté la lecture

• Les livres numériques ne sont jamais épuisés.

• Les livres électroniques sont meilleur marché que les livres papier.

• Les livres électroniques n’envahissent pas votre appartement.

Bon, alors avantage à la liseuse électronique type Kindle* ?

Eh bien pas à 100%, parce que :

• Les liseuses ont des batteries qui se déchargent.

• Il n’y a pas d’équivalent du livre de poche et on arrive à acheter des livres électroniques plus cher que le format poche (et franchement, là on nous prend un peu pour des andouilles).

• Les formats ne sont pas standard et il faut télécharger des logiciels ou des applications pour avoir accès à tout.

• Tous les livres n’existent pas au format numérique.

Alors avantage aux deux, avec une préférence pour le Kindle pour les lectures professionnelles quand elles existent au format électronique, et pour le livre papier pour les flâneries dans les librairies.

En résumé choisissez ce qui vous fait plaisir dans votre vie personnelle et essayez les nouvelles technologies dans votre vie professionnelle : vous risqueriez de passer pour un passéiste, et certaines valent le coup de passer du cheval au cheval vapeur !

* Les liens sont sponsorisés : si vous achetez cet article, je touche une commission, ceci étant dit, je ne recommande que des articles que j’utilise personnellement. Catherine

my finance