Charges directes et indirectes

Les coûts à la loupe

Les coûts à la loupe

Ce qui caractérise les charges directes, c’est que l’information est (relativement) facile à collecter parce qu’elles sont directement rattachées à un objet de coût.

Un objet de coût, mais c’est quoi ça ?

C’est tout simple, c’est le truc, la chose, bref l’élément pour lequel vous voulez calculer un coût. Ce peut être un produit ou même un client, un projet etc.

Ok, mais j’aimerais bien des exemples de charges directes

Les matières premières sont des charges directes : vous êtes censé connaître la quantité de matières premières nécessaires à la production d’un produit.
La main d’œuvre directe, comme son nom l’indique, est une charge directe. Un opérateur peut travailler à la production de plusieurs produits, mais en général il travaille sur un seul produit à la fois. Il suffit de lui demander (gentiment parce qu’en général, les coûts de revient, ça ne lui parle pas et il a l’impression d’être fliqué) combien de temps il passe à la fabrication d’un produit. Et vous avez votre information.

OK, je vois, et les charges indirectes ?

Les charges indirectes sont celles que vous aurez plus de difficulté à rattacher à un objet de coût. Lorsque le comptable passe du temps sur la déclaration de TVA, comment pouvez-vous diable rattacher ces coûts à un produit de l’entreprise ?
Eh bien, vous ne pouvez pas.

Bon, alors je fais quoi ?

Vous devez effectuer un calcul intermédiaire. Mais d’abord, vous devez :
• rattacher les charges à un centre d’analyse ;
• trouver une unité d’œuvre ou un taux de frais.

Aïe, ça se complique : un centre d’analyse ?

Si vous vous intéressez au coût de revient, c’est que votre entreprise est déjà un peu développée et structurée : vous avez certainement un organigramme ou un début d’organigramme. Celui-ci représente la structure hiérarchique de l’entreprise mais pas seulement. Il y a des chances que l’organigramme soit établi par fonction (comptabilité, production, commercial …) et que vous puissiez regrouper les coûts par fonction.

Donc, vous pouvez avoir un centre d’analyse qui correspond au service marketing, un autre qui correspond à la production etc.

Je vois. Et je fais quoi maintenant ?

Maintenant, vous devez trouver un indicateur représentatif de l’activité de votre centre d’analyse. De préférence un indicateur qui soit lié avec les coûts. Par exemple pour un service facturation, ce peut être le nombre de factures ou, encore en plus détaillé, le nombre de lignes de facturation. En principe, plus le nombre de factures augmentera et plus le coût de votre service facturation augmentera parce que vous embaucherez du personnel … forcément.

Les unités d’œuvre sont des indicateurs physiques, tels que le nombre de factures ou le nombre de lignes de facturation. Lorsqu’il est impossible d’utiliser un indicateur physique, on utilisera un indicateur monétaire. Par exemple, on répartira le coût du service comptabilité en fonction du CA réalisé par les établissements de vente : un taux de frais facile à comprendre mais toujours contesté.

my finance