Assurer la sécurité de son emploi : les leçons des constructeurs automobiles.

Les leçons des constructeurs automobiles pour gérer sa carrière

Les leçons des constructeurs automobiles pour gérer sa carrière

Nous en rêvons tous : assurer la sécurité de notre emploi. Ne plus angoisser à chaque fois que Big Boss change, ne plus angoisser quand une escouade de consultants débarque ou quand Big Boss souhaite nous parler. Sauf que c’est bien connu : la sécurité d’emploi n’est plus à l’ordre du jour.

Plus du tout ? Du côté de l’entreprise, c’est certain. Mais nous pouvons agir pour augmenter la sécurité de l’emploi, même si nous ne serons jamais totalement à l’abri d’une décision stratégique nous obligeant à réviser notre CV, oublié au fond d’un tiroir.

Après tout, les constructeurs automobiles sont toujours là, malgré l’externalisation ou la délocalisation d’une partie de leur métier, Au contraire, certaines entreprises informatiques qui ont été à la pointe du progrès sont un peu oubliées aujourd’hui.

Cet article est inspiré d’un article de Michael G. Jacobides et John Paul MacDuffie : How to drive value on your way, paru dans le Harvard Business Review de Juillet-Août 2013. Ce qui est valable pour les entreprises, l’est aussi pour votre carrière.

L’activité des constructeurs automobiles est la moins remplaçable

S’il est facile de remplacer n’importe lequel des fabricants d’un composant, remplacer un constructeur automobile qui assemble les pièces requiert un ticket d’entrée considérable, aussi bien en ressources financières qu’en savoir-faire.

De même, ce ne sont pas nos compétences purement techniques qui sont valorisées : soyons honnêtes, tout ce qui est technique sera surmonté sans difficulté par un autre financier. Donc, ce n’est pas là qu’il faut chercher.

Il faut plutôt chercher du côté des compétences personnelles, celles qui sont transférables d’un poste à un autre, d’une entreprise à une autre : savez-vous faire en sorte que les tâches demandées soient réalisées ? Savez-vous coordonner des activités, un projet ? Savez-vous trouver des solutions nouvelles ?
Si vous savez faire tout ça, croyez-moi, une entreprise y réfléchira à deux fois avant de se passer de vos services.

Les constructeurs automobiles restent les gardiens de la qualité de leurs produits

Les constructeurs automobiles acceptent le risque qui va avec leur métier. Par conséquent, vous ne connaissez pas les noms des fabricants de ses composants (jamais vous ne verrez dans la presse un constructeur automobile incriminer un de ses fournisseurs). Ce sont les constructeurs automobiles qui se sont construit une marque dont la réputation est inébranlable. Et c’est grâce à une telle réputation que PSA Peugeot Citroën peut ainsi se lancer dans … la banque !

Ce serait de même la moindre des choses dans notre métier d’être les gardiens de la qualité des informations que nous diffusons. Accepter de prendre la responsabilité de ce que font nos équipes. Même si c’est plus facile à dire qu’à faire.

Prendre la responsabilité des échecs, c’est le prix à payer pour être l’interlocuteur incontestable de vos collègues et de votre chef.

Les constructeurs automobiles suivent leurs clients

Dit comme ça, ça paraît facile : évidemment que nous suivons nos clients et que nous avons à cœur de leur fournir les informations qu’ils attendent.
En réalité non, ce n’est pas si facile. D’abord parce que nos collègues ne connaissent pas grand-chose à la finance (pas plus que nous ne connaissons quelque chose au marketing ou au commercial) et que par conséquent nous avons tendance à penser que nous savons mieux qu’eux ce qu’il leur faut.

Ensuite parce que l’information étant de moins en moins coûteuse à produire, nous avons tendance à en produire et à en diffuser trop.
Stop : vous aussi, vous vous plaignez d’avoir trop d’informations à analyser. Alors passez du temps avec vos “clients internes” pour en savoir plus sur leurs besoins et sur leurs problèmes.

Les constructeurs automobiles gèrent la croissance

Nous devrions gérer notre carrière mais le faisons-nous vraiment ? Pensons-nous suffisamment à notre prochain mouvement ? Savons-nous très précisément quelle personne nous voulons être ?
Nous devons sans arrêt prendre une décision entre essayer quelque chose de nouveau (au risque d’échouer) et rester dans notre zone de confort (au risque de ne pas évoluer).

Savons-nous prendre des risques ? Savons-nous quand prendre des risques ? Et vous, qu’en pensez-vous ? Quelle est votre position vis à vis de ces situations ?

my finance