4 méthodes d’aujourd’hui pour prendre une décision ou faire un choix

L'art du choix

«Le management est l’art de prendre des décisions à partir d’informations insuffisantes.» Roy Rowan

La prise de décision est un des comportements organisationnels que vous devez connaître. Prendre une décision consiste à faire un choix entre deux alternatives ou plus. La prise de décision rationnelle suit un processus en 6 étapes :

1/ Définir le problème
2/ Identifier les critères de décision
3/ Hiérarchiser les critères de décision
4/ Développer des solutions alternatives
5/ Evaluer les alternatives
6/ Choisir la meilleure alternative

Ce modèle de prise de décision suppose que le problème soit clair, que vous connaissiez toutes les alternatives, que vos préférences soient établies et que vous ayez le temps de dérouler tout le processus. Ce n’est pas toujours le cas.

Si vous avez plus de décisions à prendre que de temps pour dérouler ce processus, voici quatre méthodes actuelles qui vous aideront à prendre une décision.  Ces méthodes vous permettront d’adapter vos comportements et d’acquérir une nouvelle compétence : une prise de décision rapide et efficace.

#1 Abandonnez l’idée de bonne décision

Leo Babauta écrit exactement : abandonnez l’idée de perfection,  abandonnez l’idée d’avoir toutes l’information nécessaire et prenez votre décision ; utilisez votre intuition si vous n’avez pas d’autres possibilités. Cessez de vous faire du souci : après tout, personne n’a pris une décision qui a entraîné la fin du monde…du moins jusqu’ici. Lire le post de Leo Babauta (en anglais) sur « la prise de décision sans peine »

Cette méthode est à utiliser quand les conséquences de votre choix sont faibles, par exemple, le choix de la couleur de votre bureau ou le choix entre deux imprimantes.

Combien de mails avez-vous en attente dans votre boîte de réception : 10, 20, 50, encore plus ? Revoyez-les à la lumière de cette première méthode : de combien de mails pouvez-vous vous débarrasser immédiatement ?

#2 Faites un choix et faites en sorte que ce soit le bon

Vous trouvez la méthode décrite ci-dessus minimaliste ? Elle l’est : c’est même l’objet du blog de Leo Babauta. Philippe Gabilliet est professeur de management à l’ESCP Paris. Regardez cette courte video sur la prise de décision (elle ne dure que 5 min et 33 sec)

Vous apprendrez quels sont :

– Vos trois choix fondamentaux
– Pourquoi c’est difficile de choisir
– Ce qui change dans l’art du choix en période de turbulences

Et nous sommes bien dans une période de turbulences et ça va durer. Une méthode à adapter pour des choix techniques : c’est en travaillant sur vos choix qu’ils deviendront les bons choix.

 

 

#3 Abandonnez l’idée de certitude pour l’idée de vérité provisoire

Pour des décisions qui auront des conséquences importantes, vous pouvez retenir l’idée de « vérité provisoire »décrite par Ted Cadsby dans un article de Harvard Business Review (anglais) : Why being certain means being wrong. Prenez votre décision à partir d’une hypothèse que vous tenez pour vraie mais restez attentif et soyez prêt à changer d’avis ou d’hypothèses.

Cette méthode de prise de décision peut convenir pour un projet long, qui ne souffrira pas d’un changement dans la première partie de sa réalisation.

#4 Suivez vos pressentiments

Et si rien ne marche ? Pour prendre une décision, suivez vos pressentiments.

Plusieurs défis à relever m’avaient attirée lorsque j’avais accepté ce poste de Direction Financière : performance de l’équipe en dessous de la moyenne, périmètre du poste plus important et… une installation d’ERP qui, de l’avis général, était un désastre au coût prohibitif.

Je n’avais jamais travaillé avec un ERP. Les réunions étaient incompréhensibles ; les rapports des consultants et des experts étaient volumineux et auraient demandé des mois pour être lus.  Je n’avais qu’une seule carte : la période de grâce du nouveau Directeur Financier recruté à l’extérieur. Noyée parmi des avis multiples et complexes, je pris deux décisions simples :

1. Envoyer les membres de l’équipe en formation
2. Changer l’énoncé du problème : réussir la mise en place de l’ERP devint satisfaire les besoins des clients internes.

Et je vous garantis que j’aurais été en peine d’expliquer les raisons de ces deux décisions. Deux ans plus tard, les informations pouvaient être obtenues facilement et rapidement.

Cette méthode peut être utilisée quand :

– Vous n’avez pas besoin de défendre votre décision ou de la vendre
– Vous êtes pressé par le temps
– Les méthodes plus rationnelles ne sont pas applicables

 

En résumé, si vous avez du mal à prendre une décision, examinez le processus de prise de décision rationnelle. Avez-vous tous les éléments pour prendre votre décision et avez-vous le temps de le faire ?

Choisissez ensuite la méthode de prise de décision rationnelle ou une des ces 4 méthodes :

– Abandonnez l’idée de bonne décision pour des enjeux sans importance
– Prenez une décision et faites en sorte que la décision soit la bonne, pour des choix où vous ne pouvez pas collecter toutes les informations
– Prenez une décision et soyez ouvert à d’autres hypothèses tant que vous pouvez décider de changer.
– Suivez vos pressentiments pour prendre une décision quand aucune de ces méthodes ne fonctionnent.

D’autres comportements organisationnels utiles à votre carrière : cliquez ici.

Inscrivez-vous à notre cours gratuit sur la gestion de carrière : cliquez ici.

 

Et si prendre la bonne décision n’était pas si important ? Du moins, pas toujours ? Ou pas le bon objectif ?
Et vous quelles sont vos méthodes de prise de décisions ?

my finance